mes lectures

Jonathan Livingston le goéland – Richard Bach

Bonjour à tous,

Aujourd’hui je souhaitais vous parler de ma dernière lecture : un petit conte philosophique traitant de la liberté et du dépassement de soi.

Le résumé :

« Décidément, Jonathan Livingston n’est pas un goéland comme les autres. Sa seule passion : voler toujours plus haut et plus vite, pour être libre. Mais cet original qui ne se contente pas de voler pour se nourrir ne plaît guère à la communauté des goélands.
Condamné à l’exil, seul, Jonathan poursuit ses découvertes, sans peur, sans colère. Il est seulement triste de ne pouvoir les partager, jusqu’au jour où il rencontre des amis…
Jonathan apprend alors à briser les chaînes qui emprisonnent son corps et ses pensées.
Ce livre drôle et poétique est un hymne à l’amour et à la liberté! »

 

img_3589

Mon avis :

Se dépasser, oser être soi-même, ne plus avoir peur pour enfin, être libre…
C’est joliment écrit et on relève de très belles citations à chaque page. C’est court (144 pages), mais très dense. On reste pensif à la lecture de certains passages.

J’ai beaucoup aimé le fait que le personnage principal soit un goéland. C’est d’ailleurs ce qui m’a attirée : le titre. Je m’attendais à quelque chose de léger et d’innocent, et cette histoire l’est en un sens, mais sans être dénuée de profondeur et de messages forts.

Le + : Un livre plein d’optimisme, à offrir sans hésiter !

Le – : Vous saviez qu’il a été refusé par 18 prestigieuses maisons d’édition avant d’être enfin publié en 1970 ?! Vu la qualité de ce texte, ça m’a sciée !

Pour conclure :

C’est un livre que je recommande évidemment. Le message est plein d’espoir, bienveillant, et je pense que n’importe quel ado ou jeune adulte rêverait de se le voir offrir. Il pourrait entre autre lui rappeler la valeur de son travail, de sa persévérance et l’espoir de voir tous ses rêves se réaliser.

img_0105-13

mes lectures

La magie du rangement – Marie Kondo

Bonjour à tous !

J’ai beaucoup entendu parler de cet ouvrage, et pourtant je ne m’attendais pas à ça. Il est complet, nous expliquant d’abord notre rapport à la propriété, tronqué par la profusion de choses que nous conservons dans tous les coins de la maison.
Lorsque j’ai lu le nombre de vêtements moyen que les clients de Marie possédaient, je n’y croyais pas ! Et pourtant…

Le résumé :

Mon avis :

J’ai été agréablement surprise par ce livre. Il m’a appris des choses étonnantes, et m’a fait réfléchir sur la profusion de choses qui s’étaient doucement installées chez nous.

L’auteur commence comme ça :

 » Je suis certaine que la plupart d’entre vous avez été réprimandés pour ne pas avoir rangé votre chambre. Mais combien de parents ont enseigné une méthode à leurs enfants ? » P.27

Voilà de quoi il est question : une vraie méthode qui vous promet de ne ranger votre maison qu’une seule et unique fois.

Plutôt emballée, je me suis attelée ce week-end à mettre en pratique la méthode Konmari.

Il y a cependant deux ou trois choses que je n’ai pas appliquées :

– Au lieu de mettre à la poubelle mes vêtements et livres, j’ai préféré les mettre au relais et dans la boîte à livres de ma commune.

– Je n’ai pas « communiqué avec mes affaires ». Ce concept est trop abstrait pour moi. Je comprends où l’auteur veut en venir, à savoir respecter les objets qui nous entourent presque comme s’il étaient de petits bonshommes à notre service. De là à leur dire merci à haute et intelligible voix, c’est un cap à passer !!

– Je n’ai pas jeté l’intégralité de mes papiers (banque/edf/salaires…)

 

Le + : Une vraie méthode, simple, efficace et abordable pour les petits comme les grands. Ce livre permet de comprendre son rapport à la propriété, c’est très enrichissant, et ça donne envie de s’y mettre !

Le – : Devoir « réveiller » les objets et communiquer avec eux peut paraître déroutant.

Pour conclure :

J’avais une bibliothèque énorme, une PAL encore pire et cette méthode de rangement m’a permis de me rendre compte d’une chose :

 » En matière de livres, le timing est fondamental. Lorsque vous tombez sur un livre, c’est le moment de le lire. » P.112

On ne peut pas tout lire.  Plus, en ayant ce genre de pile, qui nous fait croire qu’on est tout le temps en retard et qu’on a le temps de rien, on peut passer à côté de livres qui pourraient vraiment nous faire avancer et être décisifs dans notre façon de voir les choses.
J’ai donc apporté une grosse quarantaine de livres, lus ou non, dans la boîte à livres de ma commune, en pensant aux personnes à qui ils reviendraient. Et vous savez quoi ? Ca m’a procuré plus de plaisir que de les laisser sur la pile géante sur laquelle ils se trouvaient depuis des semaines. 🙂

img_0105-13